Vous êtes actuellement sur:

G.U.M France

Pour trouver un point de vente, merci d'indiquer votre pays & votre langue. Vous serez redirigé vers le site de votre pays.

  • International
  • Belgique
  • Allemagne
  • Danemark
  • Espagne
  • France
  • Italie
  • Pays-Bas
  • Norvège
  • Pologne
  • Suède
Germes probiotiques

Probiotique Lactobacillus reuteri Prodentis et santé gingivale

La maladie parodontale fait partie des pathologies les plus courantes, résultant d'un déséquilibre (dysbiose) entre les bactéries pathogènes et les micro-organismes bénéfiques. La susceptibilité de l'hôte joue également un rôle important et peut être influencée par de nombreux facteurs, notamment le régime alimentaire, le mode de vie ou encore certaines maladies.

Le traitement initial des maladies parodontales se concentre sur la réduction du nombre d'agents pathogènes indésirables par un Détartrage-Surfaçage Radiculaire (DSR). Pour ces mêmes patients, de nombreuses études confirment que la bactérie probiotique Lactobacillus reuteri Prodentis (LrP) représente un complément utile en supplémentation après le traitement mécanique.

Des études montrent également que certaines bactéries ont des propriétés antimicrobiennes et anti-inflammatoires. Le but de la prise de Lactobacillus reuteri Prodentis est d'augmenter durablement la proportion de bactéries bénéfiques dans la cavité buccale et de rétablir l'équilibre de la flore buccale.

 

Les effets  des antimicrobiens, anti-inflammatoires et inhibiteurs de plaque de Lactobacillus reuteri Prodentis décrits dans plusieurs études

Dans l'étude de Teughels et coll.,  30 patients atteints de parodontite chronique ont été recrutés et surveillés médicalement et microbiologiquement au début de l'étude puis 3, 6, 9 et 12 semaines après la thérapie. Après un DSR, les patients ont été répartis au hasard dans un premier groupe (DSR + probiotique, n = 15) et un second groupe de contrôle (DSR + placebo, n = 15). Les comprimés à base de LrP ont été utilisés deux fois par jour pendant 12 semaines.

Les résultats montrent que le groupe de patients recevant Lactobacillus reuteri Prodentis comprenait significativement moins de patients présentant des poches profondes. Une réduction significative de la profondeur de poche, des poches profondes ainsi qu'un gain d'attache clinique ont été également observés, et le germe pathogène Porphyromonas gingivalis était sensiblement moins présent (- 1.17 cfu/ml contre - 0.22 cfu/ml dans la salive après 12 semaines).

Réduction de la profondeur des poches

L'étude en double aveugle sur bouche divisée de Vivekananda et coll. confirme ces résultats. Les 30 participants de l'étude, atteints de parodontite chronique, ont été traités par DSR sur 2 quadrants, tandis que les 2 autres quadrants ont servi de contrôle.

Du jour 21 à 42, un groupe a reçu deux comprimés de Lactobacillus reuteri Prodentis par jour, et l'autre groupe un placebo. Au niveau de tous les quadrants traités par DSR, l'indice de plaque, l'indice gingival et l'indice de saignement gingival se sont améliorés de manière significative, bien qu'à des niveaux différents.

L'effet le plus significatif a été observé avec la combinaison du DSR et de Lactobacillus reuteri Prodentis en supplémentation

Réduction de la profondeur des poches

Cette étude a confirmé l'inhibition de la plaque, les effets anti-inflammatoires et antimicrobiens du Lactobacillus reuteri Prodentis. Les auteurs ont conclu que considérant les effets bénéfiques de ce probiotique, cette supplémentation pourrait servir de complément utile au DSR ou être une alternative potentielle au traitement mécanique quand celui-ci est contre-indiqué.

Martin Cabezas et ses collègues ont entrepris une méta-analyse à l'unité de nanomédecine régénérative ostéo-articulaire et dentaire de l'INSERM à Strasbourg. Les co-auteurs ont inclus des essais contrôlés randomisés comparant le DSR + prise de LrP  par rapport au DSR seul. Ces travaux ont confirmé les effets bénéfiques de la supplémentation par probiotique qui constitue une piste intéressante en particulier pour les patients ayant des poches profondes.

 

 

 

 



[1] Teughels et coll. (J Clin Periodontol) 2013, 1025-35.

[2] Vivekananda, et coll. (J Oral Microbiology 2010, 2; 5344-ff).

[3] Rodrigo Martin-Cabezas, et coll. (J of Clinical Periodontology 2016; 520-530).

Nous utilisons des cookies pour veiller à ce que nous vous donnons la meilleure expérience sur notre site Web. Pour ce faire, nous nous souvenons et stocker des informations sur la façon de l’utiliser. Cela se fait à l’aide de simples fichiers textes appelés cookies qui sont assis sur votre ordinateur. En fermant ce message ou naviguer vers une autre page de ce site Web, vous acceptez nos "cookies" sur ce dispositif conformément à notre politique de cookie sauf si vous avez désactivé les.