Vous êtes actuellement sur:

G.U.M France

Pour trouver un point de vente, merci d'indiquer votre pays & votre langue. Vous serez redirigé vers le site de votre pays.

  • International
  • Belgique
  • Allemagne
  • Danemark
  • Espagne
  • France
  • Italie
  • Pays-Bas
  • Norvège
  • Pologne
  • Suède
Soignante auprès d'une personne âgée

Comment aider les aidants à prodiguer les meilleurs soins bucco-dentaires possibles ?

Après plus de 6 mois, notre voyage sur les problèmes oraux lors des différentes étapes de la vie, de la maladie parodontale pendant la grossesse jusqu’aux soins aux personnes âgées, se termine. Dans le dernier épisode de notre série SUNSTAR CONVERSATIONS PROrevoir ici – nous avons eu l'occasion d'évoquer un sujet particulier qui peut concerner toutes les étapes de la vie : les aidants. En collaboration avec le Dr Larisa Musić et le Prof. Dr Falk Schwendicke, nous avons exploré le rôle de soutien que les professionnels de la santé bucco-dentaire peuvent apporter aux aidants, pour aider à améliorer la santé bucco-dentaire de ceux qui en ont le plus besoin.

Les aidants

Dr Musić a lancé la conversation en définissant ce qu’est un aidant : « Ce sont des personnes qui s'occupent d’autres personnes présentant des limitations à court ou à long terme causées par une blessure, une maladie ou toute sorte de handicap. Habituellement, nous les classons comme formels ou naturels, où les premiers sont généralement payés et formés (par exemple, les infirmières) alors que les seconds ne le sont pas (par exemple, les personnes faisant partie du cercle social du patient dans le besoin, comme les conjoints, les enfants ou les amis)". Elle poursuit : « ces personnes reçoivent rarement l'éducation nécessaire aux tâches qu'elles fournissent et qui varient des activités quotidiennes telles que manger, se laver et aller aux toilettes à des activités comme le transport, payer les factures et s'occuper du ménage. Mais elles apportent également une compagnie et un soutien émotionnel ». Lorsque nous parlons des bénéficiaires des soins, Dr Musić souligne qu'il est important de réaliser qu'ils ne sont pas tous âgés : « ils peuvent être de tout âge, allant des enfants et adolescents aux adultes jeunes et plus âgés. Ceci est important car les besoins en soins bucco-dentaires sont différents selon le groupe d'âge ».

Dr Schwendicke met ensuite en contexte ce à quoi les aidants sont confrontés en termes de santé bucco-dentaire dans la population dont ils s'occupent, en commençant par souligner le fait qu'ils sont confrontés à un groupe très hétérogène avec des besoins assez complexes, surtout par rapport à il y a 40 ans : « par exemple , la carie dentaire était principalement une maladie des enfants et des adolescents, suivie de la perte des dents dans la trentaine et la quarantaine, et à l'âge de 60-65 ans, la grande majorité des gens n'avaient plus de dents. Cela a massivement changé avec les succès en prévention. On constate de plus en plus une bonne santé bucco-dentaire et une rétention dentaire, chez les enfants, les adolescents, les adultes et désormais même chez les seniors. Et un nombre de plus en plus faible de personnes ont des prothèses dentaires complètes. Et cela a évidemment un impact sur les aidants, car une prothèse complète est une chose complètement différente à entretenir. S'occuper des dents propres des patients est encore plus difficile ».

Santé bucco-dentaire et santé générale

Dr Schwendicke poursuit sur le thème du lien entre santé bucco-dentaire et santé générale : « On voit vraiment que certaines maladies systémiques sont liées aux maladies parodontales, comme par exemple le diabète. Nous savons qu'il est difficile de contrôler le diabète si la maladie parodontale n'est pas gérée, et d'un autre côté, si le diabète n'est pas contrôlé, vous ne pourrez pas gérer la maladie parodontale avec succès. Donc, nous avons vraiment besoin de concepts de soins conjoints, et les aidants ont un rôle important ici. En outre, le lien entre l'hygiène bucco-dentaire, le biofilm buccal et la pneumonie, qui est mortelle, est particulièrement pertinent pour le groupe de personnes très âgées qui ont besoin de soins et d'assistance. Nous savons qu'une mauvaise hygiène bucco-dentaire double le risque de mourir d'une pneumonie, et un bon contrôle de plaque dentaire peut réduire ce risque de 40 à 50 %. Ce sont deux très bons exemples de cas où ces patients ont besoin de notre aide, et alors que nous sommes généralement concentrés sur le traitement des personnes qui viennent dans notre pratique, pour les personnes dont nous parlons aujourd'hui, nous avons besoin d'autres solutions ». Dr Musić ajoute : « Il est important de sensibiliser à ces liens potentiels, car en particulier en termes de soins, la santé bucco-dentaire est très faible sur la liste des priorités, principalement en raison des nombreux autres problèmes corporels, de mobilité, comorbidités, médicaments etc. Mais c'est à nous de travailler sur ces points et de les changer ». Dr Schwendicke est d'accord : « Présenter le lien entre les maladies bucco-dentaires et systémiques remet la bouche à sa place : dans le corps. Et il y a d'autres exemples, comme la qualité de vie, la nutrition, le poids ; ce sont toutes des associations établies et étayées par des preuves ».

Soins intégratifs

Dr Schwendicke partage ses réflexions sur la façon de façonner ce concept de soins conjoints : « Le problème est que les aidants ne peuvent pas résoudre ce problème par eux-mêmes, ils ont besoin d'aide. Nous venons de mener une étude montrant que la santé bucco-dentaire des personnes vivant à domicile est encore pire que la santé bucco-dentaire des personnes vivant dans les EHPAD. On pourrait s’attendre à ce que l'aidant naturel soit très attentif, qu'il fasse de gros efforts parce que c'est son conjoint par exemple, mais apparemment bien qu'il soit motivé, il ne peut tout simplement pas, il n'a tout simplement pas les compétences pour faire cela. Et c'est là que la dentisterie peut probablement faire quelque chose dès le début. Par exemple, lorsque vous voyez arriver un couple plus âgé et que l'un d'entre eux est susceptible d'avoir des problèmes bientôt, nous devrions saisir ce moment pour éduquer l'autre conjoint sur la façon de gérer cela lorsque cela se produira. Une approche progressive de l'éducation. Et il en va de même pour les EHPAD. Même lorsque les aidants sont motivés, souvent l'organisation des EHPAD est insuffisante, il faut donc parler aux responsables qualité, aux directeurs, il faut éduquer régulièrement le personnel soignant. Et puis petit à petit, les choses s'améliorent globalement. Peut-être que toutes les personnes dans ces établissements n'en bénéficieront pas immédiatement, mais à long terme, vous établissez des normes de qualité plus élevées pour les soins bucco-dentaires».

Dr Musić poursuit l'approche intégrative avec un exemple clinique choquant : « Il s'agissait d'un résident d’un EHPAD atteint de la maladie de Parkinson, qui avait une prothèse mixte amovible/fixe. Et personne n'a retiré la prothèse amovible pendant plus de deux ans. L'infirmière qui s'occupait de lui ne s'occupait pas de ses besoins, elle ne comprenait pas ce qu'était une prothèse combinée et ne savait pas comment la retirer. Et je n'arrêtais pas de me demander qui était le dentiste qui pensait qu'une prothèse combinée – qui était difficile à retirer – était une bonne solution de réhabilitation dentaire pour une personne atteinte de la maladie de Parkinson ». Une initiative du Canada l'a inspirée : « Dans ce projet (The Brushing up on Mouth Care Project par McNally et al.), ils ont changé tout le système, impliquant des administrateurs, des gestionnaires, des infirmières, une hygiéniste dentaire, une assistante et un champion de la santé bucco-dentaire qui prenait l'initiative. Et cela a montré à quel point il est important d'avoir cette approche très intégrative lorsqu'il s'agit d'améliorer les soins bucco-dentaires ».

Dr Schwendicke est d'accord : « Il n'y a pas une seule solution. C'est l'une de ces choses où vous devez vous adapter, et chaque patient est différent, vous devez donc regarder et vous adapter à ses besoins ».

Soutenir les aidants en tant que professionnels de la santé bucco-dentaire

Il existe de nombreux obstacles pour les aidants lorsqu'il s'agit de fournir des soins bucco-dentaires. Mais les professionnels de la santé bucco-dentaire peuvent les soutenir de plusieurs façons. Dr Musić commence : « Nous devons commencer par fixer des objectifs, mais ces objectifs doivent être très réalistes. Nous avons des recommandations générales sur les soins bucco-dentaires, provenant par exemple de la dentisterie préventive et pédiatrique, mais on peut douter que ces objectifs puissent être appliqués aux soins bucco-dentaires fournis par les aidants dans cette population spécifique ». Cette prise de conscience allait d'abord à l'encontre de ses convictions et de sa formation de parodontiste : « Mais je ne pense pas que ce soit une approche de perdant, je pense qu'adapter les soins bucco-dentaires à cette population spécifique est ce qui peut les rendre réalisables et durables. Si nous essayons d'appliquer des recommandations générales qui s'adressent à la population générale, comme le brossage deux fois par jour pendant deux minutes, ou les soins interdentaires, je ne suis pas sûre que nous atteindrons un quelconque objectif ». Elle poursuit ensuite avec une liste d’astuces qui peuvent aider les aidants au quotidien :

  • Faire une liste personnalisée des étapes de soins bucco-dentaires pour chaque patient, même s'il ne s'agit que de quatre choses simples qu'ils doivent faire, afin de ne rien oublier.
  • Préparer une boîte pour que tout ce qui est utilisé pour les soins dentaires soit au même endroit.
  • Pour les patients réfractaires aux soins, effectuer toujours les soins bucco-dentaires à la même heure et dans la même zone, pour les apaiser et éliminer une partie de la résistance.
  • Si la personne peut effectuer elle-même les soins bucco-dentaires dans une certaine mesure, essayer la technique de «la chaîne », ce qui signifie que la personne commence à effectuer elle-même les procédures d'hygiène bucco-dentaire qui sont ensuite poursuivies par l’aidant effectuant quelques étapes supplémentaires pour assurer une bonne hygiène bucco-dentaire, comme terminer le brossage des dents ou effectuer un nettoyage interdentaire.
  • Ajuster les outils d'hygiène dentaire pour les rendre plus faciles à utiliser. Par exemple, entourer une serviette autour du manche d'une brosse à dents fixée avec un élastique pour une meilleure prise en main. On peut également utiliser d'autres matériaux, comme un pneu de vélo ou du ruban adhésif.
  • Les brosses à dents électriques peuvent aider les personnes ayant des besoins spéciaux.
  • Faire une routine des soins bucco-dentaires pour les personnes atteintes de démence par exemple qui présentent une résistance aux soins, afin qu'elles sachent à quoi s'attendre
  • Se tenir devant une personne pour effectuer des soins bucco-dentaires peut induire un comportement réfractaire aux soins car l’aidant peut être perçu comme une menace par cette personne. Au lieu de cela, se placer derrière la personne et lui donner un miroir.
  • Essayer le « pont », ce qui signifie que vous mettez la brosse à dents dans la main de votre patient et que vous commencez à lui brosser les dents. Cela engage leurs sens et leur donne une idée de ce qui leur est fait car ils tiennent eux-mêmes la brosse à dents.

Elle conclut ensuite avec un message important concernant les personnes portant des prothèses complètes : « En général, les aidants ne savent pas que les prothèses doivent être retirées, elles sont donc simplement conservées dans la bouche. Cela peut contribuer à la candidose, qui peut ensuite contribuer davantage à la douleur, à l'inconfort, aux démangeaisons, à l'incapacité de manger, et qui peut causer des problèmes plus tard. Les aidants doivent apprendre ce qui est dans la bouche des personnes dont ils s'occupent et comment y faire face. Et comme l'a dit Falk, nous assistons à un statut oral complètement différent de la personne de 80 ans par rapport à il y a 40, 50 ou 60 ans ».

Dr Schwendicke ne peut qu'appuyer cette affirmation : « Vous devez juste être très pragmatique dans ces situations et ne pouvez pas vous attendre à tout ce à quoi vous vous attendez dans un cadre de pratique ». Ajoutant ensuite quelques éléments à la liste évoquée par Dr Musić: « Pensez à utiliser un dentifrice fortement fluoré, ce qui n'est pas quelque chose qui se fait très souvent. J'utilise un dentifrice à 5000 ppm pour tous mes patients très âgés, car il a été prouvé par exemple qu'il prévenait assez efficacement les caries radiculaires. Les bains de bouche sont également intéressants car ils sont faciles à réaliser. Ces produits chimiques peuvent soutenir la partie mécanique de l'hygiène bucco-dentaire ». Il poursuit en mentionnant l'importance de la communication : « Notre tâche principale est de parler aux gens. C'est déjà 50% de notre succès, parler aux gens, parler aux infirmières, aux responsables qualité, aux directeurs des EHPAD. Le tout dans le but d'établir un environnement où il peut y avoir une meilleure santé bucco-dentaire et une meilleure hygiène bucco-dentaire. Cela peut faire une grande différence si le personnel soignant a un peu plus de temps pour la santé bucco-dentaire, s'il voit que la santé bucco-dentaire est une priorité dans son EHPAD, s'il peut poser des questions au personnel dentaire. Nous constatons dans un certain nombre d'études que les aidants dans les EHPAD sont très peu sûrs d’eux. Leur permettre de parler à un professionnel dentaire tous les trois à six mois fait une grande différence dans leur confiance, leurs capacités à gérer la santé bucco-dentaire de ces personnes âgées et ces situations complexes. Par exemple, leur montrer une fois comment retirer une prothèse peut faire une énorme différence pour cette personne. Cela peut nous prendre 15 secondes, mais cela peut faire un grand changement pour l'aidant et celui qui est soigné ».

Si vous souhaitez voir ou revoir le webinaire :