Vous êtes actuellement sur:

G.U.M France

Pour trouver un point de vente, merci d'indiquer votre pays & votre langue. Vous serez redirigé vers le site de votre pays.

  • International
  • Belgique
  • Allemagne
  • Danemark
  • Espagne
  • France
  • Italie
  • Pays-Bas
  • Norvège
  • Pologne
  • Suède
Patiente chez le dentiste

Le soulagement de l’hypersensibilité dentinaire

SUNSTAR Conversations PRO est une série de conversations avec des experts, dédiée aux défis de la santé bucco-dentaire à travers différentes étapes de la vie. Après les webinaires sur les besoins bucco-dentaires spécifiques de la femme enceinte, de l'enfant et de l'adolescent, la 4e édition, diffusée le 3 juin 2021, abordait l'hypersensibilité dentinaire comme un problème pouvant accompagner les nouveaux défis de la vie du jeune adulte. Pour aller à la racine du problème, nous avons demandé au Dr Reena Wadia et au Dr Joon Seong de partager leurs réflexions.

La définition

La définition la plus courante de l'hypersensibilité dentinaire est celle de Holland et al. en 1997. « L’hypersensibilité dentinaire est caractérisée par une douleur brève et aiguë résultant de l'exposition de la dentine en réponse à des stimuli, généralement thermiques, évaporatifs, tactiles, osmotiques ou chimiques. L'élément clé de la définition qu'il est important de souligner est qu'elle ne peut être attribuée à aucune autre forme de pathologie dentaire », définit le Dr Wadia.

L'hypersensibilité dentinaire est une douleur brève et aiguë qui peut provenir de la plus petite exposition de dentine.

Le Dr Seong rappelle que même une petite quantité de dentine exposée, souvent au niveau cervical de la dent, peut causer beaucoup de sensibilité. L'hypersensibilité dentinaire affecte la qualité de vie des patients au quotidien, comme le montrent de nombreuses études de bonne qualité.

La prévalence

Dans une étude de prévalence à grande échelle réalisée en 2010 sur de jeunes adultes de 7 pays européens différents, pour laquelle le Dr Seong a collecté les données pour le Royaume-Uni, la prévalence était d'environ 42 %. Environ 28% avaient une usure dentaire légère selon l'indice BEWE et 3% avaient une usure dentaire sévère. Tous les patients atteints de parodontite avaient une sensibilité, que ce soit avant le traitement, en raison de la parodontite et de l'exposition des racines, ou après.

L'hypersensibilité dentinaire est très fréquente mais parfois méconnue.

Parfois, les patients peuvent simplement penser que l'hypersensibilité dentinaire est quelque chose avec laquelle ils doivent faire avec et tolérer. « Étant donné qu’elle est si courante et que nous pouvons y faire quelque chose, nous devrions demander à tous nos patients s'ils ont une sensibilité», recommande le Dr Wadia.

Le diagnostic différentiel

Faire le bon diagnostic est bien sûr clé avant de se lancer dans un traitement. L'hypersensibilité dentinaire est un diagnostic d'exclusion, une fois toutes les autres hypothèses écartées : dent fissurée, restauration défectueuse ou carie etc. L'usure des dents, l'exposition des racines et l'alimentation acide sont autant d'indices d’hypersensibilité dentinaire.

L'étiologie et les facteurs de risque

« Il y a 2 éléments pour comprendre l'hypersensibilité dentinaire et, par conséquent, son traitement : la localisation de la lésion et l'initiation de la lésion », explique le Dr Seong. La localisation de la lésion signifie que la dentine doit être exposée, par perte de tissus mous qui peut survenir à la suite d'une maladie parodontale ou encore chez l'adulte jeune à la suite d'un traitement orthodontique avec des racines très proches de la paroi vestibulaire et associé au brossage des brackets.

L'hypersensibilité dentinaire survient lorsqu'il y a localisation et initiation de la lésion.

Cependant, à elle seule, la dentine exposée ne provoque pas d'hypersensibilité. Il doit également y avoir une initiation de la lésion : les tubules doivent être perméables et ouverts, ce qui vient avec le défi acide. L'acide intrinsèque et plus largement la dyspepsie (qui fait référence aux symptômes gastro-intestinaux supérieurs présents pendant plus de 4 semaines et à toute douleur ou gêne abdominale, brûlures d'estomac, reflux acide, nausées, vomissements) devient de plus en plus problématique au Royaume-Uni. « Parfois, les patients ne savent même pas qu'ils ont des brûlures d'estomac ou un reflux gastrique, mais si nous en voyons des signes dans des zones spécifiques comme les faces palatines des dents supérieures, nous devons peut-être référer vers le médecin généraliste et travailler avec lui. De nos jours, il s'agit de traiter les patients de manière globale et de travailler avec une équipe multidisciplinaire pour s'attaquer aux problèmes des patients », explique le Dr Wadia.

Le traitement à domicile

Il faut souligner que l'hypersensibilité dentinaire peut être évitée. Et sa prévention est finalement plus importante que sa gestion.

En effet, les messages des professionnels de santé incluent la consommation de 5 ou 7 portions de fruits et légumes par jour. Depuis 1980, la consommation de boissons acides et sucrées a également été multipliée par 3 et la taille des portions a augmenté. Avec ce changement de régime alimentaire, nous sommes susceptibles de voir une augmentation de l'incidence de l'hypersensibilité dentinaire. Pour cette raison, il est important de tout d’abord employer des stratégies préventives pour tous les patients.

Le traitement est ensuite une approche par étapes. La 1ère ligne de traitement sont les dentifrices utilisés à la maison. Comme la théorie hydrodynamique décrivant le mouvement de fluides dans les tubules qui provoque alors la sensibilité est encore la plus largement acceptée, il existe 2 façons de gérer l'hypersensibilité dentinaire : la désensibilisation nerveuse ou l'occlusion tubulaire. La désensibilisation nerveuse utilise traditionnellement des dentifrices à base de potassium. Bien que la recherche clinique montre qu'ils fonctionnent, personne ne sait vraiment comment ils fonctionnent. Les fluides sortant des tubules dentinaires, il est difficile pour les ions potassium d'y entrer et de s'y concentrer. De nos jours, l'approche la plus largement acceptée est l'occlusion tubulaire, au moyen d’un dentifrice avec de l'acétate de strontium, du fluorure stanneux, de l'oxalate de potassium, des phosphosilicates de calcium et de sodium ou de l'arginine. "Pour prétendre qu'ils sont cliniquement prouvés, les dentifrices doivent en fait être évalués dans des essais contrôlés randomisés évaluant le score de douleur du patient (à l'aide d'une sonde froide), la perception du dentiste de la réponse des patients à la douleur (à l'aide de l'échelle de Schiff) et la réponse à un stimulus tactile (à l'aide d'une sonde Yeaple, un outil électromagnétique contrôlant la pression appliquée). Lorsque les 3 sont corrélés, le résultat est alors statistiquement significatif », rapporte le Dr Seong.

Le traitement est une approche progressive, sur mesure et à vie pour la désensibilisation nerveuse, l'occlusion tubulaire ou le recouvrement de la dentine exposée, ainsi que par des astuces et des conseils cliniques simples.

Le Dr Seong a tendance à dire aux patients d'essayer différents dentifrices et de voir lequel leur convient le mieux. Le Dr Wadia ajoute : « Il est important que nous donnions également les bons conseils : les patients doivent continuer à l'utiliser sur le long terme afin de ne pas en réduire les effets et de ne pas rincer après le brossage pour ne pas l’éliminer immédiatement. Cela peut nous paraitre évident mais pas pour les patients ».

Le traitement professionnel et les conseils cliniques

Si les dentifrices ne sont pas efficaces, les produits appliqués au fauteuil viennent ensuite : collage, restauration, composites, pour recouvrir la dentine exposée. Il existe d'autres traitements proposés comme les lasers, mais selon nos experts, il y a un manque de preuves quant à leur efficacité. D'après ce que le Dr Seong a vu, lorsque la dentine est exposée au laser, cela peut brûler et donc effectivement fermer la dentine, mais la partie périphérique de la dentine qui n'est pas touchée par le faisceau pourrait en fait être encore plus ouverte, ce qui signifie que les symptômes d'hypersensibilité dentinaire pourraient être pires.

Après avoir traité des patients parodontaux, le Dr Wadia aime faire un aéropolissage, appliquer une pâte d'occlusion des tubules sur les dents ou des gouttières à haute teneur en fluor. Partageant son expérience de sa propre clinique spécialisée en parodontie : « Lorsque les patients sont au fauteuil pour un rendez-vous de maintenance parodontale, les traiter peut être délicat si vous ne voulez pas les anesthésier. Mais il existe des astuces simples, comme frotter de la pâte prophylactique sur la dent pour bloquer les tubules suffisamment de temps pour effectuer un simple nettoyage mécanique professionnel de la plaque supra-gingivale. Nous devons montrer à nos patients qu’ils sont entendus et nous assurer qu'ils sont à l'aise, sinon ils repartent avec l’impression d’avoir vécu une expérience terrible. Les personnes sensibles sont tout le temps sur le qui-vive parce qu'elles s’attendent à cette douleur aiguë. La gestion de l'anxiété est également importante. Il est important de se souvenir de la dimension psychologique."

Les patients souffrant d’hypersensibilité dentinaire sont sur le qui-vive tout le temps. La gestion de leur anxiété est également importante.

Les experts ont ensuite également répondu à quelques questions du public. Des vernis à haute teneur en fluor peuvent être utilisés pour un soulagement immédiat. Cependant, bien que le fluor bloque physiquement les tubules assez rapidement, le blocage n'est pas assez robuste. Pour que tout type de modalité de traitement fonctionne, la couche doit être robuste contre les acides que les patients apportent sur leurs dents. « Au niveau microscopique, de nombreux vernis disparaissent immédiatement après traitement avec un acide. Il existe d'autres vernis à base d'oxalate qui forment une cristallisation à l'intérieur des tubules dentinaires, arrêtant le mouvement du fluide et, par conséquent, arrêtant l'hypersensibilité dentinaire », explique le Dr Seong.

À propos des brosses électriques, nos experts disent que si elle est utilisée de manière inappropriée, toute brosse provoquera une récession et donc une sensibilité. Ainsi, les dentistes doivent montrer aux patients comment utiliser une brosse électrique correctement, en douceur mais efficacement. Des recherches montrent même qu'une brosse électrique pourrait être en fait moins susceptible de causer des dommages aux tissus durs ou une récession gingivale. Une brosse à dents à elle seule ne provoque aucune usure des dents : ce sont les mauvaises habitudes de brossage associées à un dentifrice abrasif qui provoque une usure minimale des dents, potentialisée par un apport acide préalable. Enfin, se rincer à l'eau après un apport acide ou attendre 30 minutes avant de se brosser les dents est aussi un conseil cliniquement pertinent à donner, afin de laisser la bouche rétablir le pH correct car l'acide persiste dans la bouche. En effet, une étude a montré que traités à l'acide, tous les ions calcium et phosphate sont retirés. S'il est laissé ainsi, l'échafaudage restant se reminéralise dans les 24 heures, mais si le brossage des dents est effectué en sus, l'échafaudage est également retiré et la dent ne peut se reminéraliser au niveau auquel elle était avant.

Si vous souhaitez voir ou revoir le webinaire :